Informations

Journée ouverte au consulat de Frankfurt pour célébrer la mémoire du 17 octobre

La rencontre était l’occasion de rapprocher les membres de la communauté avec l’administration

Le consulat général de Frankfurt a organisé samedi passé une journée ouverte sur le consulat, à l’occasion du 59ème anniversaire des évènements d’octobre 1961 qui coïncide avec la journée nationale de l’immigration. Cette rencontre était l’occasion pour que les gens de la communauté puissent soulever leurs préoccupations, et poser leurs questions aux chefs de départements du consulat, ainsi qu’au consul M. Abd Elkrim Yamani.

Les gens de la communauté algérienne avaient rendez-vous ce samedi avec le consul et tous les chefs de départements du consulat général de Frankfurt à travers les activités de cette journée ouverte sur le consulat.

L’invitation était générale pour assister de 10h du matin jusqu’à 17h, en commençant par l’écoute de l’hymne national de la part des présents. Ensuite, le consul général a prononcé le discours d’ouverture. Puis, un documentaire sur les évènements d’octobre 1961 a été montré, ainsi qu’une galerie de photos sur les mêmes évènements.

La rencontre était l’occasion pour des représentants de certaines associations pour soulever leurs préoccupations

La réunion comprenait une discussion entre des représentants de certaines associations et le consul, ce dernier les a beaucoup encouragés à aller de l’avant en secouant l’activité associative, et il les a soutenus dans leur parcours en encourageant l’enseignement de la langue arabe aux enfants de la communauté. M. Yamani a affirmé que ses services se chargeront de payer un enseignant de la langue arabe.

Présentation détaillée des tâches du consulat

Tous les chefs de départements sont intervenus pour expliquer les tâches qui leurs sont attribuées, en commençant par le chef du département des affaires juridiques, M. Mourad Belharizi, qui a parlé des tâches de son service, surtout concernant le statut juridique des résidents illégaux en Allemagne, ou ceux qui possèdent une carte d’attente pour l’expulsion « Duldung ».

Et il a parlé d’une tâche en faveur de cette catégorie qui consiste en des séances d’écoute, dont le but est souvent de les guider et les aider à comprendre les aspects légaux qui les aideraient à régler leur situation juridique pour résider en Allemagne.

De son coté, Mme Bouzouad, chef du département de la gestion consulaire et des passeports est intervenue avec une explication détaillée. Suivie de M. Boussofa Hicham du département de l’état civil, et du département du service national et des ratifications M. Kheddaoui Abd Elrazak.

Les questions les plus importantes de la réunion en direct avec les gens de la communauté

L’une des caractéristiques les plus importantes de la réunion entre le consul et ses chefs de départements avec les gens de la communauté présents pour soulever leurs préoccupations, a été la transmission directe sur la page Facebook du consulat. Ce qui a permis à ceux qui suivaient de poser leurs questions.

La transmission directe a duré deux heures, suscitant l’interaction de tout le monde. Et avec sa présence, le journal de « La Communauté Algérienne » a transmis les préoccupations les plus importantes de la communauté qu’elle a reçu de la part de ses lecteurs, et parmi les questions posées les plus importantes :

Quelles sont les conditions nécessaires pour l’obtention du passeport d’urgence ?

Le consul a donné une réponse détaillée en disant : « Il faut que la personne possède des papiers d’identité algériens identiques à ceux qu’il a reçu des autorités allemandes. Aussi, il faut que cette personne possède une des bases de l’intégration, tel que l’étude de la langue, faire une formation professionnelle, ou bien prouver la paternité d’un enfant de nationalité allemande.

Quelle est l’obligation légale des enfants de la communauté qui ont atteint ou dépassé l’âge adulte concernant le service militaire national ?

Cette question posée par le journal « La Communauté Algérienne » a été répondue par le chef du département du service national, M. Kheddaoui Abd Elrazak qui a insisté sur la nécessité de s’inscrire pour le service national au sein de son département, puis de présenter une demande d’exemption qu’il aura certainement selon des cas bien spécifiques. Et il a précisé que le processus ne se déroule pas automatiquement, et le dépasser pourrait confronter la personne concernée à des obstacles en le mettant dans une situation légale embarrassante en Algérie. La solution reste de s’enregistrer, puis de demander l’exemption.

Quels sont les documents dont la demande à distance est possible, que ce soit à travers le site du consulat, ou bien par la poste ?

C’est M. Boussofa, le chef du département de l’état civil qui a répondu à cette question en affirmant que la demande peut se faire à distance, mais la livraison ne se fait qu’en présence de la personne concernée.

Est-il possible qu’une personne puisse recevoir les documents d’une autre personne, ou bien d’une personne de sa famille ?

Mme Bouzouad du département de la gestion consulaire a répondu que ce n’était pas possible, sauf dans le cas des enfants mineurs, en ajoutant qu’il existe un cas où la réception des documents des autres est possible, et ceci en présentant un certificat de procuration délivré par les autorités allemandes, lui permettant le retrait des documents au nom de leur propriétaire à condition que les deux partis soient de nationalité algérienne. Le passeport constitue une exception car il nécessite la présence du concerné dépassant les 12 ans.

Est-il possible pour le parti allemand ou étranger de récupérer les documents de ses enfants algériens ?

La même responsable a tranché dans ce sujet en affirmant que légalement, il n’est pas autorisé de remettre des documents d’un citoyen algérien à un étranger, même si ce dernier est l’un des parents.

  1. Boussofa a insisté sur l’importance de la présence de la personne pour présenter les demandes, car cela lui permettrait d’éviter de grands problèmes et obstacles, au cas où il y’aurait des erreurs dans l’écriture des données de la personne. Et si ces erreurs ne sont pas corrigées après une année, cela lui coûterait la correction aux tribunaux.

Hommage à la directrice générale du journal « La Communauté Algérienne » pour son service rendu à la communauté

A la fin de la réunion transmise en direct, à laquelle a assisté et animé la journaliste du journal « La Communauté Algérienne », le consul M. Abd Elkrim Yamani a rendu hommage à l’ensemble des journalistes de ce journal, représentés par la journaliste Farida Tchamakdji, en la remerciant pour sa contribution au service de la communauté algérienne à travers le monde. Et il l’a salué pour sa création de ce forum médiatique au service de la communauté.

Cadeaux pour les participants

Vers la fin, des livres scolaires des différentes matières des écoles algériennes et de tous les niveaux ont été offerts comme cadeaux aux participants. D’habitude, les immigrés les obtenaient lors de leur visite en Algérie, mais la fermeture des frontières à cause du Covid-19 les a empêchés de le faire.

Ces cadeaux ont rendu heureux certains des enfants qui accompagnaient leurs parents.

Et pour finir, tout le monde a pris des boissons chaudes et des gâteaux, dans une atmosphère pleine de fraternité et d’appartenance, qui a apaisé la froideur de l’immigration dans une période délicate qui demande de la patience vis-à-vis de leur séparation de la famille et de la patrie.

De l’Allemagne : Farida Tchamakdji/Omar-D

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page